suite   florence lorrot

intro

Depuis 20 ans, nous appliquons de façon quasi-systématique la même base d'étirements dans la rééducation des problèmes rhumatismaux (sauf pour les épaules bloquées: protocole de Neer) avec des résultats positifs.
Cette suite d'etirements est basée sur la libération des chaines musculaires de façon semi-globale et passive.
Elle contribue à libérer les articulations des hanches et des épaules afin de diminuer le travail du rachis. Par là-même, nous assouplissons les muscles poly-articulaires qui s'insèrent sur celui-ci et dé-grippons son jeu.

Dans une société de plus en plus sédentaire, notre corps a besoin de compenser son immobilité et d'utiliser ses membres dans toute l'étendue de leurs possibilités.
L'inadaptation de l'homme à ses tâches quotidiennes ( ou l'inverse) surmène son organisme. Les étirements doivent avoir une place de choix dans l'entretien ou la réparation de celui-ci: ils améliorent la visco-élasticité tissulaire. Ils doivent être réalisés de façon pluri-quotidienne, lents, doux, sans douleur, en étant réceptif aux sensations .

Cette façon de travailler est le produit des différentes techniques que nous avons étudiées: yoga, eutonie de G.Alexander, Mézières, L.Ehrenfried, thérapies manuelles, Rolfing.
Nous gardons constamment à l'esprit l'attitude générale du rachis dont nous devons rester le plus proche, avec la conservation des courbures et des points de contact

 

la force de mon dos, c'est mes jambes;
la souplesse de mon cou, c'est mes épaules.

Ce site a été fait à l'intention des médecins prescripteurs, afin qu'ils sachent à quelle sauce nous allons accommoder leurs patients , des confrères désireux de varier un peu leur façon de faire et de nos patients désireux de poursuivre leurs soins dans leur chambrette.

________________________________________
Pandiculer pourrait préserver l'intégrité fonctionnelle du système musculo-squelettique

La pandiculation est l'étirement involontaire des tissus mous que l'on rencontre chez la plupart des animaux, associée aux transitions comportementales en particulier au rythme veille-sommeil. Le bâillement est considéré comme une type particulier, local peut-on dire, de la pandiculation, touchant les muscles du visage et du cou et ceux permettant la ventilation. L'association bâillement et pandiculation est appelée, en anglais, le syndrome étirement-bâillement: stretch-yawning syndrome (SYS).

Le SYS a été associé à l'éveil, et il semble qu'il préprare le système nerveux après une période de repos et d'immobilité à répondre à des stimuli environnementaux. Cet article explore l'hypothèse que le SYS joue aussi un rôle d'auto-régulation du système locomoteur en permettant à l'animal de maintenir l'aptitude à coordonner et intégrer les mouvements, en restaurant, périodiquement, la structure et la fonctionnalité du système musculo-squelettique. Il est maintenant reconnu que ce système participe de la proprioception par les informations sensorielles provenant des insertions myo-tendineuses.

Il est proposé de concevoir la pandiculation comme une fonction de maintenance et de restauration neuro-fonctionnelle en activant le contrôle du tonus musculaire et son feed-back proprioceptif. Les idées présentées ici proviennent d'observations collectées durant la pratique de thérapies manuelles musculo-squelettiques. L'implication du système nerveux sensoriel, interroceptif, est mise en valeur comme mécanisme d'action et finalité de la pandiculation