suite   florence lorrot

éclairage sur les vaccins

(pour plus d’infos, se rapporter aux livres de M.de Lorgeril , éd. du chariot d’or, ou à son blog) 11 vaccins obligatoires ! dont 7 pour les nourrissons de 2 mois ! depuis janvier 2018.
Quelle mouche a piqué notre ministre de la santé ?
En plus de son caractère totalitaire, RIEN NE JUSTIFIE CETTE DÉCISION !
Contre des maladies que de nombreux médecins n’ont jamais vu (diphtérie, tétanos), la coqueluche dont les rares cas graves ne résistent pas à un traitement approprié, l’hépatite B qui se contracte par les rapports sexuels non protégés ou les échanges de seringues des toxicos, la polio dont les épidémies sont dues à des virus vaccinaux mutants… Ces maladies disparues grâce à des mesures d’hygiène et l’amélioration du réseau d’eau potable, avec les courbes en pente descendantes depuis le début du XXème siècle, et non pas depuis la généralisation des vaccins ! De plus, ces vaccins ne sont pas « altruistes », c'est-à-dire que la supposée protection ne s’étend pas à l’entourage, seul motif qui rendrait acceptable l’obligation vaccinale ! Aucune étude clinique n’a jamais démontré l’efficacité des vaccins DTCoqP.
Le DTPolio a été retiré du marché en 2007, il revient en 2018 associé à 3 autres !
Le vaccin de la coqueluche est considéré comme inefficace par les spécialistes eux-mêmes (mais ils ont en réserve un nouveau vaccin dont ils toucheraient les droits !)

Les campagnes de vaccination en Afrique sont considérées comme un fléau par les initiateurs de ces campagnes(le Pr Aaby, expert danois favorable aux vaccinations multiples, en mars 2018), avec doublement de la mortalité dans les populations vaccinées !

Les antigènes (substances supposées actives) et les adjuvants (substances qui les accompagnent) contenus dans les vaccins ne sont pas innocents : l’aluminium est un neurotoxique connu mais indispensable dans les vaccins ; l’Académie de Médecine a publié en 2012 un rapport sur les adjuvants vaccinaux dans lequel elle reconnaît officiellement que les sels d’aluminium sont neurotoxiques.
Le vaccin contre Rougeole, Oreillons Rubéole augmente le risque d'autisme (d’au moins 30% d’après certaines études).
Les complications post-vaccinales sont difficiles à établir car les médecins et les autorités sanitaires les nient ; néanmoins les industriels des vaccins rapportent certains effets adverses :

Troubles du système nerveux : agitation, céphalées, collapsus cardio-vasculaire, convulsion, syndrome des cris persistants, encéphalite, encéphalopathie, fièvre, hyporéflexie, hypotonie musculaire, insomnie, irritabilité, œdème cérébral, trouble du sommeil, somnolence, syndrome de Guillain-Barré, plexus brachial…
Troubles du système immunitaire : anaphylaxie, asthénie, choc anaphylactique, œdème cutané, induration, lipothymie, œdème, cyanose, douleur locale au point d’injection, dyspnée, éruption cutanée, érythème, fièvre, phlyctène, prurit, purpura, urticaire.
Le syndrome de mort subite du nourrisson a été évoqué en Allemagne et en Italie après un vaccin hexavalent…

Le vaccin contre l’hépatite B indique, sur sa notice, qu’il peut provoquer la sclérose en plaques. Une étude de 2004 de l’épidémiologiste américain Hernan a montré qu’il existait un risque 3 fois supérieur de déclarer une sclérose en plaques dans les 3 ans qui suivent une vaccination anti-hépatite B. Il existe en outre quantité d’études qui lient le vaccin contre l’hépatite B au diabète, au lupus, à la névrite optique, à la polyarthrite rhumatoïde, à la thyroïdite et bien d’autres maladies encore.
Tant de joyeusetés pour un avenir radieux !
Injection sans retour…. Pas de discussion!